Category: Articles Phares

Achat Garmin Fenix 5S

Achat de la Garmin fenix 5S pour remplacer mon Apple Watch Series 2 Nike +. Vu mon niveau d’activité et mes projets pour 2018, l’Apple Watch n’est plus assez performante dans le domaine du sport. Avec la Garmin, on reste sur une montre incorporant un capteur cardiaque et des bracelets interchangeables. Bien sûr, je perds tous ce qui fait le charme de l’Apple Watch avec les applications, mais je gagne une tonne de possibilités pour mes activités sportives ! Maintenant, il reste à comprendre tous ces menus 😅, et être familiarisé avec l’interface pour la semaine prochaine lors de mon marathon.

Je vous conseille la lecture de ces deux tests si la montre vous intéresse :

[Achat] GoPro HERO5 Black

Pour bien profiter du voyage à New-York prévu en mai prochain, l’achat d’une caméra était un indispensable pour ramener une tonne de photos et vidéos souvenirs sans être obligé d’utiliser mon iPhone qui est bien pratique pour la vie quotidienne, mais ne suffit clairement pas lors d’un voyage. J’utiliserai également cette GoPro lors de mes futures ballades à pied, en vélo ou en courant. Pour le moment, j’ai juste acheté une carte micro SD Lexar de 128 Go, mais j’envisage d’acheter le nécessaire en ce qui concerne les batteries et autres accessoires. Le sac à dos Seeker et le Karma Grip me font de l’œil, à voir s’il existe mieux hors marque officielle.

goprohero5pack

Hero 5 Black : La plus puissante des GoPro.

Découvrez la HERO 5 Black, la plus perfectionnée des GoPro, avec une qualité d’image sensationnelle et un processeur 2x plus puissant combiné à une fréquence d’images vidéo 2x plus rapide. L’incroyable haute résolution de 4K30 et 2,7K50 et la fréquence d’images vidéo de 1080p120vous permet de filmer vos aventures de manière très immersive.
Elle est étanche jusqu’à 40 m et dotée d’une résolution photo de 12MP jusqu’à 30 images par seconde et d’une meilleure qualité audio.

2 fois plus performante.

Avec un processeur 2x plus puissant, une fréquence d’images 2x plus rapide pour les vidéos et une meilleure qualité d’image que le modèle précédent et que toutes les autres, la HERO5 Black vous permet de filmer de manière encore plus nette, plus riche et plus précise.

4K30. 4x la résolution du 1080p.

La HERO5 Black est la seule caméra à proposer une résolution et une fréquence d’images vidéo aussi élevées et une qualité vidéo exceptionnelle dans un design ultra compact. Lecture au ralenti sans blocage et vidéos de qualité cinématographique.

Une prise de photos rapide et efficace.

Grâce à sa résolution photo de 12MP et son mode rafale allant jusqu’à 30 images par seconde, la HERO5 Black vous garantit que vous ne manquerez plus jamais l’action. Prenez des photos individuellement ou choisissez le mode par intervalles pour prendre des photos automatiquement toutes les 0,5 à 60 secondes. Ce mode vous sera très utile si vous avez fixé la caméra à un équipement et qu’elle est hors de portée.

Contrôlez, regardez et partagez grâce au Wi-Fi et au Bluetooth intégrés.

La HERO5 Black est dotée du Wi-Fi et du Bluetooth® intégrés, vous permettant de la connecter à l’App GoPro, la Smart Remote et plus encore. L’App GoPro transforme votre téléphone ou tablette en télécommande en temps réel, pour contrôler toutes les fonctions et tous les paramètres de la caméra, consulter des aperçus ou lire les vidéos, et partager facilement le contenu via.

Marquez vos moments préférés avec la balise HiLight.

HiLight Tag, nouvelle fonctionnalité de la HERO5, permet d’identifier les moments clés pendant l’enregistrement pour retrouver facilement les meilleurs extraits d’une vidéo. Appuyez simplement sur le bouton prévu à cet effet sur la caméra.

Les vidéos les plus immersives au monde.

La caméra HERO5 Black possède la fonctionnalité SuperView™, le mode de vidéo exclusif de GoPro qui capture les meilleures perspectives grand-angle immersives au monde.

Contrôle vocal/tactile

Que ce soit par la voix ou le toucher votre Gopro réagira à tous vos ordres afin d’améliorer au maximum son confort lors de son utilisation. L’outil GPS permet la géolocalisation instantanément vos clichés et vidéos pour en garder l’endroit précis.

Mode Auto Low Light.

Elle se paramètre toute seule. Le mode Auto Low Light modifie intelligemment la fréquence d’images en fonction de l’éclairage pour des résultats optimaux par faible luminosité, et vous permet de passer d’un environnement lumineux à un environnement sombre sans devoir modifier les paramètres de la caméra.

Ne ratez rien grâce à QuikCapture.

Ce mode transforme votre GoPro en caméra commandée par un bouton unique, et vous permet ainsi de l’allumer et de démarrer l’enregistrement automatiquement en appuyant sur un seul bouton. Appuyez une fois pour commencer à filmer et maintenez le bouton appuyé pendant deux secondes pour prendre des photos par intervalles.

Performance audio de qualité professionnelle.

Avec un nouveau système audio performant, la HERO5 Black enregistre les sons de manière nette et en haute fidélité. Le micro à la pointe de la technologie bénéficie d’une portée quasiment 2x plus longue.

Protune™ désormais disponible pour les photos et les vidéos.

Le mode Protune vous permet d’obtenir des vidéos de qualité cinématographique très peu compressées .Laissez votre créativité s’exprimer avec les paramètres personnalisables de couleur, sensibilité ISO, balance des blancs, netteté et exposition, et profitez du meilleur contrôle manuel que peut offrir une caméra GoPro.

App et logiciel GoPro.

Prolongez l’expérience GoPro grâce à l’App GoPro et au logiciel GoPro Studio gratuits. Avec l’App GoPro, contrôlez votre caméra à distance depuis votre téléphone ou tablette, regardez et partagez votre contenu et regardez le Best Of des vidéos sur la chaîne GoPro. Utilisez GoPro Studio pour créer vos propres vidéos captivantes version GoPro et partagez-les avec le monde entier.

[Arrivage] Panasonic TX-58DX750

Après plusieurs mois d’hésitations, j’ai opté pour le modèle Panasonic TX-58DX750, qui a sûrement l’un des meilleurs rapports qualité/prix de 2016. TV 4K entièrement compatible avec les contenus Ultra HD présents et à venir, grâce à sa dalle de 147 cm certifiée HDR et des HDMI compatibles HDCP 2.2. Malgré sa dalle 8 bits qui l’empêche d’être certifié HDR Premium, l’image est très belle grâce à un traitement vidéo de qualité. J’hésitais avec un modèle certifié HDR Premium de Samsung, mais trop de soucis au niveau du rendu HDR et un tarif bien plus élevé m’ont confirmé mon choix de rester chez Panasonic. Pour un test complet, je vous conseille l’excellent site HD Fever, et pour comparer les prix l’incontournable lcd-compare.com. Avec mon ampli Pioneer VSX1131 et ma Xbox One S, je suis désormais bien équipé pour profiter du 4K. Reste les joies du réglage pour trouver l’image parfaite à mes yeux.

[Achat] Pioneer VSX-1131

Alors qu’une TV 4K doit arriver dans quelques jours, et que la version S de la Xbox One débarque demain, il ne me manquait plus que l’ampli audio/vidéo 4K HDR pour profiter pleinement des prochains jeux Microsoft exploitant le HDR, de mes premiers Blu-ray 4K et des quelques programmes Netflix en 4K HDR.
Hélas, mon ancien amplificateur n’était pas conforme à la norme HDCP 2.2 et ne disposait que de HDMI en version 2.0, ce qui signifie tout simplement qu’il était impossible de visionner des Blu-ray 4K, ou de profiter du HDR. Le changement d’ampli était nécessaire une fois la TV et la console en ma possession. J’ai décidé de rester chez Pioneer avec le modèle 1131 qui propose des caractéristiques intéressantes, et qui semble tailler pour tenir quelques années. Plus qu’à attendre la TV et la console pour découvrir le monde de la 4K.

L’amplificateur des possibilités illimitées – vidéo, son et diversité de programmes

Que le VSX-1131 possède d’emblée sept canaux d’amplificateur est déjà un indice révélateur de la différence fondamentale avec d’autres modèles plus petits : avec le VSX-1131, le cinéaste sérieux à domicile peut aussi utiliser un set d’enceintes Dolby Atmos en complément à ses enceintes de plafonnier ou « Atmos Enabled Speakers ». Il obtiendra ainsi, pour la première fois, une sonorité réellement enveloppante dans les trois dimensions spatiales. dts:X comme second format surround basé sur le concept de l’objet suivra dans la mise à jour du micrologiciel. Avec 160 watts par canal, la prestation d’amplification répond aux exigences plus élevées, de même que les entrées HDMI dont l’une se situe sur le panneau frontal. De cette manière, les lecteurs hôtes sont intégrés rapidement et sans complications. Le VSX-1131 supporte l’Ultra HD 4K avec HDR à chaque entrée HDMI, pendant qu’il peut convertir le Full HD en 4K grâce à son scaler vidéo performant.

Les mélomanes n’ont, en définitive, pas besoin de connecter de lecteur au VSX-1131 puisque toute la diversité du streaming est quasiment intégrée à l’amplificateur : avec Spotify, Tidal et Deezer, toutes les prestations de streaming payantes importantes sont supportées, sachant que les deux derniers proposent même la pleine qualité CD. Avec TuneIn s’ajoutent des milliers de radios Web, pendant que Airplay, Google Play et Bluetooth accordent à chaque tablette ou smartphone l’accès sans fil adéquat. Et celui qui envisage un système multi‑room, dans un avenir proche, pourra se réjouir de ce que le VSX-1131 soit déjà compatible avec FireConnect et qu’il puisse également alimenter toutes les sources raccordées dans un système correspondant.

VSX-1131

VSX-1131

CARACTÉRISTIQUES AUDIO

  • Channels: 7
  • Amplification Type: Direct Energy
  • 160 W/ch (6 ohms, 1 kHz, THD 1.0 %, 1ch Driven)Dolby Atmos®/Dolby Surround
  • DTS:X*1/DTS Neural:X*1
  • Reflex Optimizer
  • Dolby® TrueHD/Dolby Digital Plus
  • DTS-HD Master Audio/DTS-HD High Resolution Audio/DTS 96/24/DTS-ES/DTS-HD Express
  • DSD Playback via Network/USB (5.6 MHz/2ch 2.8 MHz/2ch)
  • DSD Disc (SACD) Playback via HDMI (2.8 MHz/5.1ch, 2ch)
  • Digital Core Engine with Cirrus Logic (Quad Core) x1
  • 384 kHz/32-bit DAC (AK4458)
  • HDMI Audio Return Channel (ARC)
  • MCACC Auto Room Tuning
    – Phase Control
    – Subwoofer EQ (4 Band)
  • Advanced Sound Retriever (2ch)
  • Advanced Surround Modes
  • Classical, Unplugged, Entertainment Show, Drama, Advanced Game, Action, Rock/Pop, Sports, Extended Stereo, Extended Mono, Front Stage Surround, Auto Surround
  • AM/FM Tuner 40 Presets

CARACTÉRISTIQUES VIDÉO

  • Ultra HD Pass-through with HDCP 2.2 (4K/60p/4:4:4/24-bit, 4K/24p/4:4:4/36-bit, 4K/60p/4:2:0/36-bit)
  • HDR and BT.2020 Support
  • Ultra HD Upscaling (1080p 4K)
  • 3D Ready (Blu-ray Disc™, Broadcast, and Games)
  • Deep Colour (36-bit), “x.v.Colour”

CARACTÉRISTIQUES RÉSEAU

  • Built-in Wi-Fi® (Dual Band 5 GHz/2.4 GHz)
  • Built-in Bluetooth® Wireless Technology (Version: 4.1, Profile: A2DP/AVRCP, Codec: SBC/AAC)
  • Google Cast
  • Apple AirPlay Certified
  • Spotify® Digital Music-Streaming Service Ready
  • Internet Radio with TuneIn
  • TIDAL Music Streaming Service Ready
  • Deezer
  • Hi-Res Audio File Playback via USB/Network
    – Up to 192 kHz/24-bit ALAC, AIFF , FL AC, WAV
    – 5.6/2.8 MHz DSD Playback
    – Dolby® TrueHD Playback (USB only)

DIMENSIONS ET POIDS

  • Dimensions (W x H x D): 435 x 173 x 370.5 mm
  • Poids: 10 kg

Impressions Philips hue

Philips hue

Le mois dernier, j’ai profité de l’offre Darty pour commander un kit de démarrage Philips Hue et recevoir ainsi gratuitement le modèle Lightstrip,  une économie de 90€ tout de même ! Le kit de démarrage est affiché à 200€, et chaque ampoule supplémentaire coûte environ 60€.

promophilipshue

Le kit de démarrage comprend 3 ampoules, un pont, une alimentation secteur et un câble réseau. L’ensemble s’installe très facilement, le hub trouve les ampoules instantanément, la synchronisation avec les applications iOS et Mac se fait à une vitesse hallucinante, c’est bien agréable quand cela se passe de cette manière.

J’ai opté pour le système de Philips car il est compatible avec ma télécommande universelle Logitech Harmony Ultimate . Ce qui me permet de paramétrer un éclairage par activité (Regarder un Blu-ray, Jouer à la Xbox One, etc). Toujours aussi classe de lancer une activité avec une seule touche : tous mes appareils s’allument, commutent sur la bonne entrée, et maintenant la lumière de la pièce est aussi gérer automatiquement.

La puissance de ces ampoules LED est suffisante pour mon salon. Elle consomme 8,5 W pour 600 lumens, le pont est affiché à 3,5 W. On peut personnaliser la couleur, l’intensité et quelle ampoule fonctionne. Idéal pour le salon ou une chambre. L’inconvénient est qu’il est indispensable de passer par une application pour contrôler les lampes. Même s’il existe le Hue tap, un interrupteur sans fil et sans piles, et qui permet de contrôler les lampes directement, mais il faut sortir une nouvelle fois la CB.

Il est possible de régler des alarmes, de faire des temporisateurs, et même une fonction gardiennage est de la partie pour agir à distance sur les lampes ou éclairer les pièces quand on rentre chez soi.

Après plusieurs semaines d’utilisation, je suis très satisfait du système hue. Le plaisir d’utilisation compense rapidement le prix élevé. Reste à voir si je vais installer des ampoules hue dans d’autres pièces que le salon à l’avenir.

Les lumières

Les ampoules sans fil LED donnent vie à hue. Elles produisent une lumière claire et étincelante. Dans toutes les nuances de blanc. Et dans n’importe quelle couleur du spectre.
Elles ne se contentent pas d’être esthétiques. Elles sont aussi pratiques. Elles ont une intensité réglable. Elles clignotent. Elles pulsent. Elles font à peu près tout ce que vous leur demandez. Et elles peuvent être vissées directement dans vos douilles actuelles. Tout naturellement.
Les ampoules hue sont disponibles en formats E26, E27, GU10, PAR16 et BR30. Et si vous voulez quelque chose de différent, essayez LivingColors Bloom, Iris et LightStrips.

Le pont

Le cœur du système hue. Le pont est véritablement un pont entre votre application et les ampoules. Relié par Wifi via votre routeur, il peut connecter jusqu’à 50 ampoules en même temps. Sans parler des autres accessoires de hue, tels que hue tap.
Il permet aussi de connecter votre système au monde extérieur. Grâce à lui, vous pouvez contrôler votre éclairage à distance ou le relier au réseau internet, aux flux d’informations ou même à votre messagerie électronique. Il est réellement intelligent.

L’application

hueitunes

La clé du contrôle de hue tient dans la paume de votre main. Utilisez l’application pour modifier les couleurs, la luminosité et tout le reste. Comme bon vous semble.
Contrôlez vos ampoules individuellement ou toutes ensemble. Trouvez l’intensité et la nuance de blanc adéquates pour la tâche requise. Choisissez le ton qui convient parfaitement au moment. Ou choisissez une couleur sur une photo et reproduisez-là dans votre pièce.

Il existe aussi plusieurs applications créer par des développeurs tiers disponible sur Android et iOS, et surtout une compatibilité avec IFTTT ce qui ouvre les possibilités à l’infini.

HueIfttt

IFTTT vous permet de créer des « recettes » hautes en couleur avec un simple acronyme : « If This Then That ». Raccordez hue à plus de 100 autres canaux sur IFTTT !

Si les prévisions météo donnent de la pluie, vous pouvez par exemple faire virer votre hue au bleu. Si vous êtes presque arrivé à la maison, faites clignoter les lumières pour informer votre famille. Si vous prenez une photo sur Instagram, modifiez vos lumières pour les adapter aux couleurs de la photo.

Il existe des milliers de recettes qui ne demandent qu’à être essayées. Faites vous la main avec quelques-unes de nos fonctionnalités préférées ci-dessous.

[Arrivage] iPad Air 2 et Smart Case

iPad Air 2 Wi-Fi 64 Go

Après le changement de mon MacBook Blanc, c’est au tour de mon iPad 2 de prendre sa retraite. Vu qu’Apple a effectué une mise à jour minable de la version mini, j’ai opté carrément pour l’iPad Air 2 en version Wi-Fi 64 Go. Comme lors de la découverte de mon MacBook Pro , le changement de génération est assez radical vu que plusieurs années séparent les modèles.

iPad Air 2 iPad Air 2

L’écran étant grandement amélioré à tous les points de vue depuis l’iPad 2, il m’est difficile de voir le véritable apport du revêtement antireflet et de l’écran laminé. Je peux juste confirmer que l’image est vraiment magnifique, plus lumineuse, plus détaillée et la lisibilité en plein soleil est bien meilleure que sur mon ancien iPad.
Au niveau puissance, la puce A8X atomise bien sûr mon ancien A5 surtout avec ces 2 Go de RAM. Le chargement d’onglet sur Safari est bien plus rapide, et les applications gourmandes tels que les jeux tournent sans broncher. Un petit bonheur de naviguer sur cette tablette.
La prise en main est très agréable. La légèreté de l’iPad est bien appréciable et la finesse d’épaisseur accentue cette sensation. L’absence du bouton pour bloquer l’orientation n’est pas très dramatique, c’est juste une question d’habitude à changer. Le Touch ID est moins utile que sur un téléphone, mais ça facilite les achats sur le Store. L’appareil photo est aussi à des années-lumières de mon ancien iPad, mais ça reste une fonction très gadget pour mon utilisation de la tablette. Les haut-parleurs offrent également un rendu bien meilleur.
Pour un possesseur d’iPad 2, l’achat de cette version Air 2 est un petit bonheur, mais j’imagine bien que pour les autres, ça reste une évolution “mineure”. Et vu les tarifs que pratique Apple, le changement annuel des appareils est vraiment réservé à une petite partie du public. Surtout que laisser une version 16 Go à la vente est un vrai foutage de gueule de nos jours. Et ne parlons pas de la mise à jour de l’iPad mini qui est une vaste blague. Néanmoins, je suis très ravi de cet achat, c’est un vrai plaisir d’avoir l’iPad Air 2 entre ses mains.

iPad 2 iPad Air 2
Hauteur 241,2 mm 240 mm
Largeur 185,7 mm 169,5 mm
Profondeur 8,8 mm 6,1 mm
Poids 601 g 437 g
Puce A5 A8X
Stockage 16 Go 64 Go
Mémoire 512 Mo 2 Go
Wi-Fi Wi-Fi (802.11a/b/g/n) Wi‑Fi (802.11a/​b/​g/​n/ac)
Bluetooth 2.1 4.0
Écran 1 024 x 768 pixels à 132 ppp 2 048 x 1 536 pixels à 264 ppp

iPad Air Smart Case

Même si le prix est abusé, je trouve que la cover effectue son job : protéger l’iPad et permettre un bon support dans les différentes positions. Je suis toujours partagé sur l’utilisation d’une cover. J’aime garder mon iPad nu à la maison pour profiter de la légèreté de l’appareil, mais pour le balader dans son sac une cover me paraît indispensable. Ou alors faut que je trouve un sac qui intègre un compartiment spéciale iPad. À voir.

iPad Air 2 iPad Air 2 iPad Air 2
iPad Air 2 iPad Air 2 iPad Air 2

[Arrivage] MacBook Pro

MacBook Pro 13″ avec écran Retina

Il était temps de changer mon MacBook 13″ blanc de fin 2009 avec ces 2 Go de Ram ! J’ai opté pour un MacBook Pro 13″ avec écran Retina, équipé d’un processeur Intel à 2,6 GHz, 256 Go de stockage flash et 16 Go de SDRAM. Le changement est flagrant juste au démarrage. Mais commençons par le début.

Déballage

Comme d’habitude avec Apple, le carton est bien organisé sans fioriture. On trouve le MacBook Pro, l’adaptateur secteur MagSafe 2, la prise secteur, le cordon d’alimentation, le guide de démarrage et une chiffonnette. Le MacBook Pro est léger, fin et bien fini comme tous les produits Apple. Vu les tarifs, c’est la moindre des choses.

Premier démarrage

La différence avec mon MacBook Blanc est énorme à tous les niveaux. Avec 16 Go de RAM et un SSD, la rapidité est bien de la partie. Du démarrage à l’utilisation simultanée de plusieurs applications, c’est un plaisir de travailler sur ce portable. Je peux enfin lancer Safari, iPhoto et iTunes sans aller me faire un café pour attendre l’ouverture des fenêtres. L’absence de lecteur SuperDrive et de disque dur mécanique permet un silence de fonctionnement très appréciable. Même si on peut regretter le lecteur optique, tout comme l’absence de prise Ethernet, il faut avouer que ce n’est pas très gênant à notre époque où le Wifi et le Cloud se sont généralisés.
En ce qui concerne l’écran Retina, la différence est bien visible dès les premières images visionnées en se baladant sur le net. Mais comme pour toutes les améliorations d’écrans, la différence de qualité se fera vraiment dans quelques semaines quand je donnerai un coup d’œil à un écran non Retina. Comme avec la HD pour la télévision, le retour en arrière sera sûrement impossible.
Autre nouveauté par rapport à mon ancien MacBook, c’est la présence d’une prise HDMI qui permet de se brancher sur la prise en façade de mon ampli Pioneer , et d’envoyer l’image et le son très facilement.
Pleins d’autres petits détails sont de la partie avec le clavier rétro éclairé, le réglage automatique de la luminosité, le Wi-Fi ac, etc. Pas des choses récentes, mais nouvelles pour moi qui possédais un MacBook de quelques années.

En résumé, mes premières impressions de ce MacBook Pro sont très bonnes, ce qui n’est pas une surprise au vu des tests lors de sa sortie. Je suis tranquille pour quelques années avec la configuration choisie.

Maintenant, j’attends avec impatience OS X Yosemite pour profiter pleinement de l’écosystème Apple avec mes appareils iOS. D’ailleurs le prochain achat se fera rapidement vu que j’envisage de changer mon iPad 2 par un iPad mini avec écran Retina. En espérant qu’Apple renouvelle la gamme lors de sa keynote qui aura lieu demain soir. Du côté de l’iPhone, je garde mon modèle 5s, on verra l’année prochaine pour le changer. Il me convient parfaitement pour le moment. C’est surtout du côté de l’Apple Watch que mon regard est fixé. Peut-être l’objet idéal pour remplacer au quotidien mon FuelBand  et ma montre TomTom . Ma plus grosse interrogation est sur l’autonomie de la montre.

Caractéristiques techniques

    • 256 Go de stockage flash PCIe
    • 16 Go de mémoire DDR3L à 1 600 MHz intégrée
    • Intel Core i5 bicœur à 2,6 GHz (Turbo Boost jusqu’à 3,1 GHz) avec 3 Mo de cache N3 partagé

    • Lecteur de carte SDXC
    • Prise casque
    • Port HDMI
    • Deux ports USB 3 (jusqu’à 5 Gbit/s)
    • Deux ports Thunderbolt 2 (jusqu’à 20 Gbit/s)
    • Port d’alimentation MagSafe 2

  • Poids : 1,57 kg
  • Profondeur : 21,9 cm
  • Largeur : 31,4 cm
  • Hauteur : 1,8 cm
  • Wi‑Fi : Connectivité Wi‑Fi 802.11ac ; compatible IEEE 802.11a/b/g/n
  • Bluetooth : Technologie sans fil Bluetooth 4.0
  • Écran Retina : écran rétroéclairé par LED de 13,3 pouces (diagonale) avec technologie IPS ; résolution de 2 560 x 1 600 pixels à 227 pixels par pouce avec prise en charge de millions de couleurs

Retour sur le chef d’œuvre Metroid Prime

MetroidPrimeArtArticle mis en ligne sur mon blog Gamekult depuis un bout de temps, mais le jeu mérite tellement des louanges que je me suis décidé à le remettre en ligne ici. Avec le recul, Metroid Prime reste ma plus grosse claque de la génération 128 bits. Je ne trouve aucun défaut à ce jeu tout simplement.

Rendons justice en citant dès le départ le nom du créateur de Metroid : Gunpei Yokoi. Cet homme de génie est décédé dans un accident de voiture en 1997 laissant derrière lui une marque indélébile sur le média du jeu vidéo (Game & Watch, Game Boy, etc.)
Lourdes responsabilités pour Retro Studios, de développeur un nouvel épisode de Metroid. Ce petit studio texan acheté par Nintendo doit continuer la saga avec un épisode aussi mythique que les précédents !

Un départ en fanfare !

Dès qu’on allume la console, Metroid Prime nous subjugue et attire notre regard ! L’écran titre à une personnalité qui nous met déjà en appétit ! On lance une partie, une séquence très bien réalisée nous plonge dans le regard de Samus et nous voilà partis pour un jeu mythique ! Un sentiment de solitude, d’errance est dès le départ mis en valeur. Samus est seule dans cet univers vaste, elle doit comprendre par elle-même (donc nous au moyen du viseur d’analyse) l’histoire, les motivations des pirates de l’espace, l’histoire du peuple Chozo et surtout ce qui se trame sur Tallon IV.
Le « premier niveau » est un niveau permettant de nous familiariser avec Samus et il faut avouer que cela est d’une facilité déconcertante ! D’ailleurs, c’est un plaisir de se mettre en boule morphing par exemple et de se trimballer partout. Chaque touche de la manette est très bien utilisée et c’est un régal d’être dans la peau de la belle Samus Aran. Une maniabilité aux petits oignons et qui se confirmera tout au long de l’aventure.
Même si le choix de la vue à la première personne pouvaient faire peur aux fans de Metroid et déstabiliser les fans de FPS (Metroid n’est absolument pas un FPS bourrin !), il faut avouer que ce choix risqué est remporté haut la main.

MetroidPrime_2

Un monde vaste, un subtil mélange d’action, d’aventure et d’exploration.

Après ce premier niveau qui servait plus ou moins de tutorial (de cette qualité j’en redemande), nous voilà sur Tallon IV et la première chose qui choque est ce sentiment d’errance ! Dès le départ, on regarde la carte qui est d’ailleurs génialement faite. Encore heureux diront certains car même si le level design du jeu est tout bonnement extraordinaire, il est facile de se perdre parmi tous ces chemins et bifurcations.
Metroid est un grand labyrinthe/puzzle en 3D. Chaque nouvelle découverte d’items permettra d’ouvrir de nouveaux chemins (ceux-ci se trouvant en général à l’opposer). Pas d’objectif, pas de chemin linéaire, juste une liberté qui au départ peut donner le tournis. À vous de trouver ce qu’il faut faire, à vous de trouver l’item et son emplacement qui permettra d’ouvrir une porte menant à un monde se refusant à vous ; tout ceci accentuant encore plus un sentiment d’être perdu et seul.

On remarque aussi très rapidement la beauté des décors, une harmonie parfaite s’en dégage. La pluie qui tombe sur la visière, l’eau qui en ruisselle quand Samus sort de l’eau et plein d’autres petits détails de ce genre montrent la qualité du soft. Retro Studios a été attentif aux détails, et même si les textures ne sont pas tout le temps au top, ces détails, cette harmonie, cette cohérence font de Métroid Prime un jeu magnifique. Un des plus beaux jeux de cette génération.

Retro Studios a aussi créé une histoire et un bestiaire formidables. Grâce au viseur d’analyse, chaque objet a sa description, son histoire et tout ceci crée encore une fois une cohésion et donc une immersion parfaite ! Un ennemi laissé mort par terre, scannez-le et vous aurez le droit à la raison de sa mort, ses radiographies montrant son bras cassé par exemple.
Et évidemment, tout cela dans une atmosphère où tout a été pensé comme les fuites de gaz naturel, les feuilles ou le sable porté au gré du vent, le venin ou sang des ennemis glissant sur votre visière, le soleil éblouissant notre héroïne, ou même les reflets de son visage lors de tirs ennemis finissant à nos côtés, etc.
Monstrueux de détails dans une immersion parfaite et rarement vue jusqu’à maintenant !

Certains pourront reprocher un manque de cinématiques et donc un effort à fournir de la part du joueur pour connaître le scénario. Mais ceci renforce selon moi ce sentiment de solitude, d’errance. Pas de voix, pas de tierce personne, juste Samus.

Pour en revenir au coté technique, l’animation est sans faille, le jeu ne rame jamais même devant les boss. Un paquet d’effets graphiques est présent, les différents scans (viseur infrarouge ou radioscopique) sont très bien rendus et donnent à l’écran de nombreux effets. Une variété de décors assez importante, même si cela reste assez conventionnel. On a le droit à la neige, la lave par exemple. Chaque monde a le droit à sa petite introduction et c’est un plaisir de voir la qualité de leurs décors et tous ces détails qui fourmillent. De plus, chose très importante, le jeu ne comporte pas de chargements visibles (quelques portes sont récalcitrantes, mais cela n’est pas énorme) ; en somme, un jeu de toute beauté.
L’environnement sonore est lui aussi excellent, le jeu tourne en Dolby Surround Prologic II. Les bruitages sont de très bonne facture, la musique de Kenji Yamamoto est envoûtante, la B.O. tourne encore régulièrement chez moi !

Ce qui marque dans ce jeu est l’importance des détails. Tout est cohérent et le moindre détail a été soigné !
Tout a été pensé pour que Metroid soit un chef d’œuvre. Retro Studios est un studio exigeant, consciencieux et maniaque. Avec ce jeu, un grand studio est né !

MetroidPrime_3

Une reconversion 3D pour Samus réussi haut la main !

Il faut avouer que le gameplay 2D de Métroid n’était pas évident à transposer sur la génération actuelle. En tout cas, tout le monde avait peur à l’annonce de ce jeu. Un studio américain s’en occupait, un jeu en 3D, une vue à la première personne : 3 raisons de s’inquiéter ! Mais le résultat est là, l’essence même de la série Metroid est présente et Métroid Prime peut se targuer d’être le meilleur épisode de la série !
Les passages en boule morphing sont un régal, les mouvements de Samus sont très bien pensés pour la 3D. Seuls manquent quelques mouvements, qui seront peut-être dans le prochain, comme le Speed Booster ou le Power Grip, mais ces mouvements n’étaient peut-être pas évidents à réaliser dans un environnement 3D.
De plus, on a le droit à une durée de vie assez conséquente pour un Metroid (une vingtaine d’heures), deux modes de difficulté, un tas de bonus à débloquer selon le % de notre inventaire, une légère connectivité avec Metroid Fusion GBA, etc. Des boss immenses et coriaces, des passages délicats, des points de sauvegarde peu nombreux mais placés intelligemment qui nous obligent à jouer prudemment et qui accentuent ce sentiment de vulnérabilité dans ce monde hostile. Un équipement très complet et pas mal upgradable, un bestiaire immense et très varié.

Non, rien à dire, Retro Studios a fait un boulot monstrueux et Metroid Prime restera à vie dans pas mal de mémoire ! Ce petit studio a su transposer le gameplay 2D en 3D avec brio, à garder et même sublimer le sentiment de solitude, et a créé un level design digne des meilleurs labyrinthes. Chapeau bas !

MetroidPrime_4

Dans l’espace, personne ne peut vous entendre crier.

Pour les plus cinéphiles d’entres vous, vous avez reconnu le slogan du premier épisode de la saga Alien. Les deux séries ont pas mal de point commun et surtout le premier : Alien de Ridley Scott.
Pour Alien et Metroid Prime, on a une cohérence de l’univers, un souci du détail frappant. Chaque pièce est parfaitement mise en images et fidèle à un univers. Rien n’est laissé au hasard et chaque détail insignifiant est travaillé ce qui provoque chez le spectateur/joueur une immersion et une adhésion totales.
Pour les deux œuvres, le héros est une femme et ceci n’est pas coutumier dans ce style de films/jeux. On voit d’ailleurs un peu de leur intimité des deux héroïnes à la fin (petite culotte/tête). Nous avons même un hommage au réalisateur d’Alien dans les Metroid, le ptérodactyle Ridley !
Un sentiment d’angoisse, de solitude, d’inconnu est présent dans les deux. Les deux sont des chefs d’œuvres de leur art respectif. Et chaque spectateur/joueur attend avec impatience le prochain épisode.

Forza Motorsport 5 : Retour sur 3 mois de piste

Certains disent… que c’est une intro

3 mois après avoir mis la main du dernier opus de chez Turn10 pour la première fois, j’ai eu envie de partager mes impressions avec vous au sujet de cette légende qu’est Forza Motorsport 5. Ce jeu, en effet, — ainsi que la console qui permet de le faire tourner — m’ont longtemps posé question… Il faut rappeler que le Xbox Bashing faisait déjà son job à la sortie et qu’il était difficile de savoir à quoi m’attendre sur cet investissement de 500 euros… une console en phase de Beta test ou un produit fini ? Et pour le jeu, qu’en était-il ? Un Forza 4.5 ou une vraie entrée dans cette nextgen si longtemps attendue ? J’avoue : je suis passé un peu par toutes les couleurs, avant de prendre la piste. Acheter la Xbox One ou faire l’impasse sur ce début de gen ? Faire parler la raison, comme Kotaku le suggérait, ou laisser pulser la passion ? Autant vous dire que de juillet à novembre, j’ai changé d’avis presque chaque jour alors que sur Internet la guerre du 1080p faisait déjà rage…

Et puis, tout s’est décidé un matin, presque trop tard. Je suis un Forzasexuel et je m’assume à peu près. La passion a pris le pas sur le reste et j’ai craqué Day One pour une console accompagnée de Forza 5. Le temps d’installer le système, de faire les mises à jour nécessaires et j’ai pris la piste… pour ne plus la lâcher.

Voici pourquoi…

Continue reading…