[Test] Splinter Cell Blacklist sur Xbox 360

logosplintercellblacklistPour commencer, je dois avouer que je suis un fanboy de la série Splinter Cell. Même l’épisode Conviction m’a convaincu, c’est pour vous dire ! Alors oui, je suis d’accord que rien n’arrive à la cheville des premiers épisodes sur Xbox qui étaient une claque magistrale à tous les niveaux. Sauf que j’aime tellement les jeux d’infiltrations, j’arrive à prendre du plaisir avec pas grand chose. Miracle, Blacklist est un vrai compromis entre l’infiltration pur et dur des premiers épisodes et l’orientation action des derniers opus.

On passera sur le scénario sans intérêt du titre pour se concentrer sur sa vrai force : la possibilité de jouer de la manière que l’on souhaite ! Le jeu nous récompense selon notre style de jeu : Fantôme (infiltration), Panthère (éliminations furtives) ou Assaut (combats brutaux). À la fin de chaque mission, un score est délivré avec de l’argent à la clé. Ce qui nous permet d’acheter de l’équipement qui lui aussi est séparé en trois branches. Un système vraiment bien foutu qui donne envie de recommencer les missions pour débloquer la médaille d’or dans chaque style, sans oublier les objectifs secondaires qui sont de la partie.

Cet épisode propose un hub central à la manière du Normandy dans Mass Effect. Ici c’est un avion-cargo, le Paladin. Depuis cet endroit, on a accès à nos missions solo, coop, multi ainsi que les stats, les défis, l’équipement et même à un téléphone pour prendre des nouvelles de notre fille. Au niveau contenu, le jeu assure vraiment si tant soi peut on aime refaire des missions sous différents angles. Pour les nostalgiques, l’équipe de développement a intégré pas mal de petits gimmicks de la série : cacher les corps, découper le tissu du tente, etc.

spiesvsmercs

Mais le comeback le plus important, c’est le grand retour du mode multijoueurs Spies Vs Mercs qui est l’un de mes meilleurs souvenirs de jeu online sur console ! Ici, on a le choix entre du 2 vs 2 classique ou du 4 vs 4 avec un système de niveaux et d’upgrade de l’équipement. Toujours aussi jouissif et stressant de jouer au chat et à la souris ! Deux autres modes de jeux plus classiques sont de la partie : Extraction et Domination.

Vous l’aurez compris, je suis emballé par les nouvelles aventures de Sam Fischer. Difficile de dire le contraire quand mon profil Raptr affiche presque 60 heures au compteur. Propre techniquement et riche en contenu, je ne regrette pas du tout mon achat. Bien sûr, la qualité des versions Xbox reste inatteignable, mais l’époque et les joueurs ont changé. Très impatient de voir ce que ce nouveau studio d’Ubisoft basé à Toronto va proposer pour la suite sur next-gen.

You may also like...